Copyright
logo

Report by On The Roots : In Dread We Trust #5 @ L’Atelier, Cluses .

Du 21 au 24 mars 2018 avait lieu la 5ème édition du festival In Dread We Trust à L’Atelier Cluses dans la ville du même nom (74). Une édition riche et variée avec au programme des ateliers pour enfants, une diffusion de film, une exposition et deux soirées de concerts…

Jeudi 22 mars

Après un atelier pour enfants organisé la veille durant lequel Manu Alonso de la Compagnie Manudrine leur a fait découvrir les instruments du monde, place à la deuxième soirée du festival.

L’Atelier ouvre ses portes à 18h30, le temps de laisser aux premiers arrivants de visiter notre exposition On The Roots « A la rencontre du Dub » qui a semblé attirer l’attention et plaire, pour notre plus grand plaisir.

A 19h, rendez-vous dans la salle de concert pour la diffusion du film Reggae Ambassador « La légende du reggae » qui accompagne le livre du même nom. Il s’agit de l’histoire du reggae racontée par de grandes légendes jamaïcaine du milieu (Lee Perry, Bunny Wailer, Barrington Levy,…) mais aussi la nouvelle génération (Chronixx, Protoje,…). Ces deux projets ont été réalisés par le fondateur de Reggae.fr Alexandre Grondeau en partenariat avec plusieurs reporters et photographes dont On The Roots.

Ensuite, direction le hall pour le showcase du groupe local The Dubalist venu avec son sound system 2 scoops avec un très bon son. L’un à la batterie électronique et l’autre aux commandes, ils ont joué des morceaux principalement dans les styles reggae et dub pour faire danser le public dans une ambiance conviviale.

Vendredi 23 mars

Nous voici de retour à L’Atelier pour la première soirée concert du In Dread We Trust #5 axée sur le Reggae.

Jannali et Nico du Little Lion Sound, tout droit venus de Genève, assurent l’accueil dès l’ouverture des portes à 20h avec un warm up reggae roots dans le hall.

Direction la salle de concert pour accueillir le chanteur FLOX accompagné d’un batteur, d’un bassiste et d’un guitariste. Avec sa jolie voix, il fait danser et voyager le public dans son univers en interprétant des titres majoritairement issus de son avant dernier album « Homegrown » sorti en 2015 mais aussi de son tout dernier album « Taste of Grey ». Leur style clairement reggae prend tout de même une forme singulière avec des influences électro affirmées et parfois dub.

Petite pause dans le hall toujours avec Little Lion Sound, histoire de s’hydrater tout en dansant sur de grands classiques reggae / dancehall tels que Chronixx, Protoje ou encore Yaniss Odua.

Retour dans la salle avec une légende du reggae jamaïcain du nom de Pablo Moses, accompagné de deux guitaristes, un bassiste, un batteur et un claviériste. Sur des instrus reggae roots au son très propre, rond et avec une basse bien présent comme on aime, le chanteur pose sa voix toujours aussi superbe avec des textes  aux messages engagés. Le public est réceptif et admiratif, l’ambiance est à la bonne humeur et à la danse ! Toujours aussi actif, le dernier album de Pablo Moses intitulé « The Itinuation » et produit par le grand Harrison Stafford est sorti l’année dernière.

La soirée continue jugaux’à 1h avec une sélection de pures dubplates jouées par Little Lion Sound, avec des artistes comme Big Red, Neg Marrons, L’Entourloop ou encore Danitsa.

Samedi 24 mars

La deuxième soirée concert est basée cette fois-ci non plus sur le Reggae mais sur un style apparenté qui touche de plus en plus de monde, le Dub.

Rootikal Soldiers, programmés à la dernière minute, sont venus assurer l’accueil, les changements de scènes et la cloture de cette dernière soirée du festival dans le hall, tout comme Little Lion la veille. Le trio propose une sélection strictement vinyle avec des morceaux dancehall, reggae, roots avec entre autres le version de ‘Chan  Chan’ par Mista Savona (2017), reprise du chanteur cubain Compay Segundo (1986). Puis petit à petit entre les changements de plateaux, ils dérivent sur des tunes beaucoup plus dub pour garder les festivaliers dans l’ambiance de la soirée.

Le premier artiste à se produire sur la scène ce soir est le jeune montpelliérain Adi Shankara. Accompagné uniquement de son ordinateur et d’une petite table de mix, en mode minimaliste, il débute son set avec une introduction très aérienne et hypnotisante pour ensuite faire rentrer petit à petit le rythme puis les basses bien puissantes. Il nous joue ses propres compositions, du pur dub stepper qui fait bouger le public grandissant petit à petit et déjà bien motivé et dans l’ambiance.

Le prochain artiste est lui aussi un jeune producteur de dub. Dans le milieu depuis son plus jeune âge grâce à son père et sa tante (Alpha & Omega), l’anglais Alpha Steppa a su en tirer profit et faire son propre style alliant pur dub et bass music actuelle… Un vrai génie ! Digital, steppa, les sons sont extrêmement bien travaillés, très propres et les basses sont superbes. On a pu entendre d’anciens sons réalisés en collaborations avec son père et sa tante, mais aussi des exclusivités de Dub Dynasty dont le magnifique titre ‘Black Woman Civilization’ devant un public à fond !

Finalement, place à High Tone, un des groupes légendaires du dub français présent depuis 20 ans ! Cette fois-ci plus de steppa mais plutôt du dub expérimental, toujours avec des morceaux très travaillés. Batteur, claviéristes, machiniste/bassiste, le quatuor nous transporte dans l’univers bien particulier qu’ils se sont créé, aux inspirations très éclectiques allant de l’électro au dub en passant par du digital, du hip-hop, du dubstep voir même du rock. Le remix « Rub-A-Dub Anthem » avec Pupajim met le feu dans la salle qui semble quasiment complète, le public jump sans s’arrêter !

Cette 5ème édition du festival In Dread We Trust organisée à L’Atelier Cluses répartie sur 4 jours a  proposé des moments culturels pour tous : atelier pour enfant, exposition photo, projection de film, concerts reggae puis concerts dub… Un grand bravo pour cela ! L’ambiance était à la convivialité avec une très belle énergie tant de la part des artistes que du public. Nous en profitons d’ailleurs pour remercier l’organisation pour leur accueil au top et leur confiance.

Et n’hésitez pas, l’exposition est disponible jusqu’au 15 avril !

Texte : Manon Kaya – Photos : Kevin Buret / On The Roots

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *